Souplesse et vivacité

Stefan Zweig

… le jeu d’échecs possède cette remarquable propriété de ne pas fatiguer l’esprit et d’augmenter bien plutôt sa souplesse et vivacité.

Stefan Zweig, Le joueur d’Échecs

Notre jeu, poussé à l’extrême peut conduire à l’enfermement. Stefan Zweig illustre avec une ambiguïté magnifique ce propos dans sa nouvelle Le Joueur d’Échecs où le jeu est simultanément émancipation et déshumanisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *