Les Échecs du petit Nicolas

Pour commencer avec bonne humeur, rien de tel que quelques pages de Sempé et Goscinny !

Les échecs

petit_nicolas_sport

Dimanche, il faisait froid et il pleuvait, mais moi ça ne me gênait pas, parce que j’étais invité à goûter chez Alceste, et Alceste c’est un bon copain qui est très gros et qui aime beaucoup manger et avec Alceste on rigole toujours, même quand on se dispute.
Quand je suis arrivé chez Alceste, c’est sa maman qui m’a ouvert la porte, parce qu’Alceste et son papa étaient déjà à table et ils m’attendaient pour goûter.
— T’es en retard, m’a dit Alceste.
— Ne parle pas la bouche pleine, a dit son papa, et passe-moi le beurre.
Pour le goûter, on a eu chacun deux bols de chocolat, un gâteau à la crème, du pain grillé avec du beurre et de la confiture, du saucisson, du fromage, et quand on a eu fini, Alceste a demandé à sa maman si on pouvait avoir un peu de cassoulet qui restait de midi, parce qu’il voulait me le faire essayer ; mais sa maman a répondu que non, que ça nous couperait l’appétit pour le dîner, et que d’ailleurs il ne restait plus de cassoulet de midi. Moi, de toute façon, je n’avais plus très faim.
Et puis on s’est levés pour aller jouer, mais la maman d’Alceste nous a dit qu’on devrait être très sages, et surtout ne pas faire de désordre dans la chambre, parce qu’elle avait passé toute la matinée à ranger.
— On va jouer au train, aux petites autos, aux billes et avec le ballon de foot, a dit Alceste.
— Non, non et non ! a dit la maman d’Alceste. Je ne veux pas que ta chambre soit un fouillis. Trouvez des jeux plus calmes.
— Ben quoi, alors ? a demandé Alceste.
— Moi j’ai une idée, a dit le papa d’Alceste. Je vais vous apprendre le jeu le plus intelligent qui soit ! Allez dans votre chambre, je vous rejoins.
Alors, nous sommes allés dans la chambre d’Alceste, et c’est vrai que c’était drôlement bien rangé, et puis son papa est arrivé avec un jeu d’échecs sous le bras.
— Des échecs ? a dit Alceste. Mais on ne sait pas y jouer !
— Justement, a dit le papa d’Alceste, je vais vous apprendre ; vous verrez, c’est formidable.
Et c’est vrai que c’est très intéressant, les échecs ! Le papa d’Alceste nous a montré comment on range les pièces sur le damier (aux dames, je suis terrible !), il nous a montré les pions, les tours, les fous, les chevaux, le roi et la reine, il nous a dit comment il fallait les faire avancer, et ça c’est pas facile, et aussi comment il fallait faire pour prendre les pièces de l’ennemi.
— C’est comme une bataille avec deux armées, a dit le papa d’Alceste, et vous êtes les généraux.
Et puis le papa d’Alceste a pris un pion dans chaque main, il a fermé les poings, il m’a donné à choisir, j’ai eu les blanches et on s’est mis à jouer. Le papa d’Alceste, qui est très chouette, est resté avec nous pour nous donner des conseils et nous dire quand on se trompait. La maman d’Alceste est venue, et elle avait l’air content de nous voir assis autour du pupitre d’Alceste en train de jouer. Et puis le papa d’Alceste a bougé un fou et il a dit en rigolant que j’avais perdu.
— Bon, a dit le papa d’Alceste, je crois que vous avez compris. Alors, maintenant, Nicolas va prendre les noires et vous allez jouer tout seuls.
Et il est parti avec la maman d’Alceste en lui disant que le tout c’était de savoir y faire, et est-ce que vraiment il ne restait pas un fond de cassoulet.
Ce qui était embêtant avec les pièces noires, c’est qu’elles étaient un peu collantes, à cause de la confiture qu’Alceste a toujours sur les doigts.
— La bataille commence, a dit Alceste. En avant ! Baoum !
Et il a avancé un pion. Alors moi j’ai fait avancer mon cheval, et le cheval, c’est le plus difficile à faire marcher, parce qu’il va tout droit et puis après il va de côté, mais c’est aussi le plus chouette, parce qu’il peut sauter.
— Lancelot n’a pas peur des ennemis ! j’ai crié.
— En avant ! Vroum boum boum, vroum boum ! a répondu Alceste en faisant le tambour et en poussant plusieurs pions avec le dos de la main.
— Hé ! j’ai dit. T’as pas le droit de faire ça !
— Défends-toi comme tu peux, canaille ! a crié Alceste, qui est venu avec moi voir un film plein de chevaliers et de châteaux forts, dans la télévision, jeudi, chez Clotaire. Alors, avec les deux mains, j’ai poussé mes pions aussi, en faisant le canon et la mitrailleuse, ratatatatat, et quand mes pions ont rencontré ceux d’Alceste, il y en a des tas qui sont tombés.
— Minute, m’a dit Alceste, ça vaut pas, ça ! Tu as fait la mitrailleuse, et dans ce temps-là il n’y en avait pas. C’est seulement le canon, boum ! ou les épées, tchaf, tchaf ! Si c’est pour tricher, c’est pas la peine de jouer.
Comme il avait raison, Alceste, je lui ai dit d’accord, et nous avons continué à jouer aux échecs. J’ai avancé mon fou, mais j’ai eu du mal, à cause de tous les pions qui étaient tombés sur le damier, et Alceste avec son doigt, comme pour jouer aux billes, bing ! il a envoyé mon fou contre mon cheval, qui est tombé. Alors moi j’ai fait la même chose avec ma tour, que j’ai envoyée contre sa reine.
— Ça vaut pas, m’a dit Alceste. La tour, ça avance tout droit, et toi tu l’as envoyée de côté, comme un fou !
— Victoire ! j’ai crié. Nous les tenons ! En avant, braves chevaliers ! Pour le roi Arthur ! Boum ! Boum !
Et avec les doigts, j’ai envoyé des tas de pièces ; c’était terrible.
— Attends, m’a dit Alceste. Avec les doigts, c’est trop facile ; si on faisait ça avec des billes ? Les billes, ça serait des balles, boum, boum !
— Oui, j’ai dit, mais on n’aura pas de place sur le damier.
— Ben, c’est bien simple, a dit Alceste. Toi, tu vas te mettre d’un côté de la chambre et moi je me mettrai à l’autre bout. Et puis ça vaut de cacher les pièces derrière les pattes du lit, de la chaise et du pupitre.
Et puis Alceste est allé chercher les billes dans son armoire, qui était moins bien rangée que sa chambre ; il y a des tas de choses qui sont tombées sur le tapis, et moi j’ai mis un pion noir dans une main et un pion blanc dans l’autre, j’ai fermé les poings et j’ai donné à choisir à Alceste, qui a eu les blanches. On a commencé à envoyer les billes en faisant « boum ! » chaque fois, et comme nos pièces étaient bien cachées, c’était difficile de les avoir.
— Dis donc, j’ai dit, si on prenait les wagons de ton train et les petites autos pour faire les tanks ?
Alceste a sorti le train et les autos de l’armoire, on a mis les soldats dedans et on a fait avancer les tanks, vroum, vroum.
Mais, a dit Alceste, on n’arrivera jamais à toucher les soldats avec les billes, s’ils sont dans les tanks.
— On peut les bombarder, j’ai dit.
Alors, on a fait les avions avec les mains pleines de billes, on faisait vraoum, et puis quand on passait au-dessus des tanks, on lâchait les billes, boum. Mais les billes, ça ne leur faisait rien, aux wagons et aux autos ; alors, Alceste est allé chercher son ballon de foot et il m’a donné un autre ballon, rouge et bleu, qu’on lui avait acheté pour aller à la plage, et on a commencé à jeter nos ballons contre les tanks et c’était formidable ! Et puis Alceste a shooté trop fort, et le ballon de foot est allé frapper contre la porte, il est revenu sur le pupitre où il a fait tomber la bouteille d’encre, et la maman d’Alceste est entrée.
Elle était drôlement fâchée, la maman d’Alceste. Elle a dit à Alceste que ce soir, pour le dîner, il serait privé de reprendre du dessert, et elle m’a dit qu’il se faisait tard et que je ferais mieux de rentrer chez ma pauvre mère. Et quand je suis parti, ça criait encore chez Alceste, qui se faisait gronder par son papa.
C’est dommage qu’on n’ait pas pu continuer, parce que c’est très chouette le jeu d’échecs ! Dès qu’il fera beau, nous irons y jouer dans le terrain vague.
Parce que, bien sûr, ce n’est pas un jeu pour jouer à l’intérieur d’une maison, les échecs, vroum, boum, boum !

Sempé & Goscinny, Le petit Nicolas et les copains 1994

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *